BELGIQUE : Awa Sow CARRASCO : Une belgo-sénégalaise dans le Top 12 Belge de Tennis de Table 2016 (LLN)


Awa Sow CARRASCO

Une belgo-sénégalaise dans le Top 12 belge de tennis de table 2016 (LLN)

Toutes nos félicitations et nos encouragements

 

 AWA

« Voici ma fille Awa en pleine action lors du tournoi TOP 12 jeunes à Louvain.

 Les meilleurs jeunes belges s’y mesurent par catégorie. Pour y participer il faut d’abord s’être qualifié pendant les 4 phases qualitatives au Critérium national Jeunes. C’est la clé pour une future sélection aux championnats d’Europe l’an prochain. »

 Awa et le « PING », une histoire de passion

« Tout a commencé il y a 3 ans. Un stage en été et la découverte d’une passion. A ce moment Awa pratiquait assidûment le football féminin et le tennis. Déjà une sportive !!! Voulant progresser et faire davantage de la compétition, elle a choisi de se consacrer rien qu’au Ping.

Son club fut le Logis d’Auderghem, où JM Saive joue en Super Division, ils viennent d’ailleurs de remporter le championnat de Belgique 2016. De part son potentiel et son désir de progresser, elle a été sélectionnée par le comité de la province Brabant Wallon pour faire partie d’un programme des jeunes élites. Elle mène de front des études secondaires au collège de Saint-Michel. Les entrainements et les compétitions le WE représentent une rigueur et une organisation sans faille, ainsi que beaucoup de sacrifices pour une jeune fille de treize ans.

Awa  poursuit un rêve…Devenir championne Olympique universitaire. Elle travaille dur pour atteindre ses objectifs…et moi sa mère je l’accompagne sur ce magnifique chemin du dépassement de soi, parsemé de déceptions et aussi parfois de récompenses intenses…Nous sillonnons les routes de la Belgique pour ses compétitions, les entrainements…et peu à peu son rêve est devenu le mien. »

 Natacha Carrasco

Tout un sacrifice, toute une passion

 « Nangadef chère communauté belgo-sénégalaise, je me présente : je m’appelle Awa, j’ai 13 ans et je suis une passionnée de sport, notamment de tennis de table.

Je m’adresse à vous pour vous remettre mon témoignage en tant que jeune métisse belgo-sénégalaise.

La vie d’une sportive n’est pas facile, tous les jours après l’école, je cours pour arriver à l’heure à mon entrainement. Pendant que certains jeunes de mon âge se prélassent, je souffre de tout mon corps face à un coach sévère. Cette vie me plait !! C’est un choix personnel, même si je dois dire que ma maman me soutient et me soulage énormément.

Après vient tout le reste : les victoires, les défaites, les déceptions et les rires.

Mais le moment le plus dur d’une journée de tournoi reste quand je n’arrive pas à me donner à 100%. C’est très dur mentalement car s’entrainer sérieusement, faire beaucoup de sacrifices pour ne pas y arriver est un choc. C’est un vrai combat avec soi-même et ce n’est pas le seul.

En tant que métisse, et donc en tant que minorité, c’est aussi une bataille contre les préjugés. Dans ce milieu masculin, être une fille n’est pas chose facile non plus.

Mais alors me direz-vous : Pourquoi continues-tu à faire ce sport malgré toutes ses difficultés ? La passion et mon rêve. Le seul fait de savoir que demain j’irais m’entrainer me donne le sourire. Même si pendant l’entrainement c’est plutôt une grimace que j’ai sur le visage (merci coach !J). Le plaisir de faire quelque chose que l’on aime est plus fort que tout. Et c’est ce que je vous souhaite à tous chers lecteurs. Pas nécessairement dans le sport, mais dans votre boulot, lorsque vous êtes en famille ou juste regarder le soleil se coucher  dans le jardin. C’est mon meilleur carburant pour que dans cinq, dix, quinze ans, je sois toujours heureuse de suer corps et âme suivant le même rêve : les JO universitaires puis les JO. »

 Awa Sow